Conception des baies de vision et des volieres

Le Nouveau Parc Zoologique de Paris

 

Ancêtres méconnus du cinéma, les panoramas invitaient leur public au voyage en les immergeant dans un décor circulaire découvert depuis une scène centrale...Les baies de vision sont de fines structures d'acier qui disparaissent dans le paysage qu'elles cadrent. Le visiteur quitte alors le chemin neutre pour entrer dans le cadre, à l'instar de l'héroïne Cécilia dans La rose pourpre du Caire. Il peut choisir de s'abstraire un instant du parcours depuis l'un des balcons surplombant un panorama, pour apprécier un détail précis ou au contraire embrasser tout le parc du regard. L'humain et l'animal ne sont séparés que par un vitrage mais cette surface étanche contraste singulièrement avec les limites végétales floues qui prévalent ailleurs dans le zoo.

La volumétrie des "volières topographiques" épouse le relief défini selon le comportement de l'animal, qu'il ait besoin d'adopter une position dominante par rapport au visiteur ou de se soustraire au regard.

Avec Atelier J.Osty & Ass. paysagistes, BTUa architectes, Muséum national d'histoire naturelle, programmation, groupement Chrysalis Maître d'ouvrage.

1/3
1/1

2018 © lionel orsi tous droits réservés